08 février 2009

Les polarités économiques dans une Union Européenne sans frontières

Le "modèle alternatif de société" promu par Europe Ecologie "orientera progressivement les activités vers une réduction de l’empreinte écologique, impliquant de nouvelles façons de consommer, de produire, de se déplacer, de travailler, d’échanger, d’innover, d’habiter les villes et les territoires et de faire ensemble société."

Extrait du manifeste Europe Ecologie

La carte proposée dans la présente livraison est issue des travaux de l’ORATE ou ESPON et vise à mettre en évidence les atouts et les faiblesses des territoires européens face aux dynamiques induites par l’élargissement de l’Union européenne à 25 puis 27, les délocalisations industrielles et le vieillissement démographique. Elle a servi de base à l’élaboration de scenarios de prospective sur les dynamiques de moyen terme (2015 ou 2030). Son originalité réside dans l’élimination de la grille des états et des régions ce qui permet de mieux saisir les effets potentiels de l’ouverture des frontières sur les mouvements de personnes et de capitaux à l’intérieur de l’UE

Carte des polarisations économiques dans une Union Européenne sans frontières

vue d'ensemble
Source : ESPON project 3.2, Scenarios, 2007
polarite




Plutôt que de tenter de combiner un nombre élevé de variables dans des indicateurs synthétiques complexes qui sont souvent trompeurs et sources de manipulation, l’indicateur présenté propose une meilleure utilisation d’indicateurs simples et robustes tels que la densité de population et le PIB par habitant. Ces indicateurs ne sont pas exempts de défauts (Cf. critiques de L. Davezies sur le PIB) mais ces derniers sont connus alors que les indicateurs synthétiques sont le résultat d’un processus d’élaboration tellement complexe qu’il est  souvent impossible de se prononcer sur leur validité. Un indicateur simple gagne en effet en intérêt lorsqu’il fait l’objet d’une analyse spatiale rigoureuse permettant de l’appréhender à différentes échelles et d’examiner sa distribution en dehors des artefacts introduits par les découpages régionaux. C’est ce que permet la méthode d’analyse par potentiels de portée variable qui a été utilisée dans le programme ORATE.

Sans entrer dans les détails de la méthode, on se concentrera sur le concept central de l’analyse qui est l’étude des déséquilibres locaux dans la répartition spatiale de la population et de la richesse.

•    Dans le cas de la densité de population, l’objectif est de repérer des pics de concentration démographique qui ne sont pas définis de façon absolue mais de façon relative en comparant la densité dans un voisinage local et la densité dans un voisinage plus large. Dit autrement, une densité locale de 200 hab./km2 peut correspondre à un « pic » de population si les régions englobantes affichent des densités de 100 hab./km2 ou bien au contraire à un « creux » si la densité des espaces environnants est de 300 hab./km2.
•    Dans le cas du PIB par habitant, l’objectif est de repérer des pics de concentration économique qui, là encore sont définis de façon relative en comparant la valeur locale du PIB par habitant à celle des territoires environnants. Un niveau de 10000 €/hab. pourra donc tantôt correspondre à un espace plus riches que ceux qui sont situés aux alentours et tantôt à un espace moins riche.


L’indicateur synthétique de polarisation élaboré dans le cadre du projet ORATE 3.2 Scenario combine quatre indicateurs élémentaires mesurant les polarisations économiques et démographiques à deux niveaux différents L’objectif de cet indicateur était de repérer les « driving force » susceptible d’influer sur les dynamiques économiques et démographiques des régions européennes sous différentes hypothèses d’évolution des facteurs généraux (métropolisation, accroissement du coût des transports) et des politiques publiques  (libéralisation, cohésion, …).  Il est important de bien comprendre que la valeur de l’indice synthétique ne définit pas dans l’absolu des situations « bonnes » ou « mauvaises » mais des potentialités dont les effets peuvent varier selon la situation générale du territoire européen et les politiques mises en œuvre.

Carte des polarisations économiques dans une Union Européenne sans frontières

Zoom sur le territoire français
Source : ESPON project 3.2, Scenarios, 2007
polaritezoom


Les zones de polarisation économique et démographique locale qui sont représentées en orange sur la carte correspondent à des espaces qui sont globalement plus dense que les espaces voisins et/ou qui ont une richesse par habitant plus élevé. Les deux facteurs vont généralement de pair au niveau local mais il peut y avoir des exceptions comme dans le cas du Luxembourg qui est une zone de polarisation économique située dans un relatif vide démographique . Si l’on s’en tient à l’indicateur synthétique, les espaces de polarisation mis en évidence correspondent à des territoires qui concentrent population et richesse par rapport aux espaces environnant. Ils seraient donc favorisés si les tendances actuelles à la métropolisation se poursuivent et si les politiques européennes ou nationales de cohésion territoriales sont abandonnées au profit d’une politique de concentration des moyens dans les pôles les plus robustes face à la mondialisation. Concrètement, ces espaces accumuleraient les emplois de haut niveau et les activités à forte valeur ajoutée au détriment des territoires voisins. Ils attireraient les populations jeunes et diplômées, actifs ou étudiants, au détriment des espaces environnants.

Les zones périphériques sur le plan économique et démographiques qui sont représentées en vert sur la carte
correspondent au contraire aux zones situées dans le voisinage des espaces précédents et soumises à une concurrence forte qui les rendrait particulièrement vulnérable dans le cadre des hypothèses de renforcement de la métropolisation et des politiques de libéralisation et de compétitivité. Elles pourraient évidemment se spécialiser dans les activités de récréation ou de loisir et, du fait de leur relative faible densité, accueillir les activités consommatrices d’espace (ex. logistique) ou les activités à faible intensité capitalistique. On peut aussi imaginer, si la faiblesse du PIB/hab.  reflète les niveaux de salaires, qu’elle bénéficient de délocalisations d’activité à faible valeur ajoutée qui quitteraient les zones de polarisation voisine. A condition évidemment que ces délocalisations s’opèrent sur des distances réduites  et que la connexion avec les centres émetteurs demeure une contrainte, ce qui est à discuter. On ne perdra pas de vue que les problèmes de congestion des zones centrales peuvent faire des espaces voisins des zones attractives et non pas répulsives, surtout si une politique de service public dense est maintenue et si elles sont soutenues par une volonté de cohésion territoriale. Mais il faut alors s’interroger sur l’évolution future des coûts de transport puisque la dispersion démographique et économique induit des surcoûts écologiques importants.

Le type d’analyse qui a été  ici appliquée à l’espace européen porte sur les polarisations à moyenne  portée (100-200 km) mais il peut également être reproduit à des échelles inférieures (polarités de l’espace français) ou supérieures (polarités de l’espace mondial)..

Posté par verts_sucy à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Les polarités économiques dans une Union Européenne sans frontières

Nouveau commentaire