La progression du vote écologiste est considérable sur l'ensemble des communes du Val de Marne entre les Européennes de 2004 et de 2009. Pourtant, la géographie des bastions "Verts" demeure assez stable au cours du temps. On peut toutefois repérer quelques zones de progrès plus ou moins rapides.

1. SITUATION EN 2004 : PLUS ON EST PRES DE PARIS, PLUS ON VOTE ECOLOGISTE

VERTS2004_EE

En 2004, les communes où les Verts obtiennent leur meilleurs résultats se situent près de Paris (effet Delanoë) et autour des zones d'implantation de leader nationaux (effet Lipietz). Le sud-ouest du département est encore une zone de faible implantation à quelques exceptions près (Créteil, Sucy, Boissy, Noiseau).


2. SITUATION EN 2009 : UNE PROGRESSION SELON TROIS AXES

VERTS2009_EE

En 2009, la progression est générale (multiplication par deux ou trois) mais la géographie est assez similaire avec des résultats plus importants aux abords de Paris. On voit toutefois se dessiner nettement trois axes :

  • axe sud de Gentilly à Arcueil.
  • axe est de Saint-Mandé au Perreux
  • axe sud-est de Saint-Maur à Perigny (via Sucy-en-Brie !)

3. UNE STABILITE GENERALE DU VOTE AVEC QUELQUES NUANCES

VERTS20042009_EEdiag

Le calcul d'une droite de régression montre une forte corrélation positive entre les résultats de 2004 et 2009 : c'est là où les Verts avaient eu de bons résultats en 2004 qu'Europe Ecologie a réalisé ses meilleurs scores en 2009. Plus précisément, l'équation montre que le score de 2009 (V09) est en moyenne égal à 2.3 fois le score de 2004 (V04) plus 3 points. Par exemple, une commune qui avait réalisé 7% en 2004 a obtenu en moyenne (2.3 x 7 + 3) = 19.1% en 2009.

VERTS20042009_EE

Les écarts à la tendance générale du département (résidus de la droite de régression) concernent les communes qui ont fait mieux - ou moins bien - que la tendance générale du département. L'une des meilleures progressions est ainsi celle de Saint-Maur des Fossés qui passe de 6.6 à 23.5, soit un résidu positif de +3.3 points. En revanche Cachan qui passe de 10.2 à 25.4 a fait moins que prévu par rapport à son avantage initial et enregistre un résidu négatif de -1 pt. 

Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives de ce résultat et y voir uniquement un effet de la mobilisation des comités locaux. D'autres facteurs interviennent, liées notamment à l'implantation des autres partis. A Bonneuil, par exemple, le résidu négatif est sans doute lié au fait que le parti socialiste et le MODEM étaient faiblement implantés et que le parti communiste a mieux su retenir son électorat.

VERTS20042009_EE_tab