20 décembre 2009

Requiem pour Copenhague

Qui étaient-ils, ces chefs d'Etats présents à Copenhague ? Beaucoup d'hommes, peu de femmes ... et surtout des individus qui pour la plupart seront morts bien avant que le problème du changement climatique ne les touche directement. Petite leçon de démographie et de démocratie.


1. Stabilité, Croissance, Emploi ... et  Vie ?

World_leaders_g20

Réunis au sommet du G20 de Londres en 2009, les responsables des plus grands Etats du Monde se sont mobilisés pour sauver l'économie mondiale.  Les milliards ont coulé à flot pour sauver la finance mondiale et les bonus ... sans parler de la sacro-sainte croissance. Mais croissance de quoi, au juste :  des bonus ? des profits ? des émissions de gaz carbonique ?

"Stability, Growth, Jobs" : Stabilité, Croissance et Emploi  formaient certes un vaste programme.Mais auquel il manquait juste ce petit ajout insignifiant : la Vie !

2. Copenhague, mon amour ...

Earth

Ces chefs d'Etats qui avaient le sort du Monde entre leurs mains n'ont rien su conclure, rien su décider de concret et de tangible pour l'avenir de la Planète et des générations futures. Mais qui sont-ils donc ces hommes et ces femmes qui ont sacrifié la vie et l'avenir de leurs frères et soeurs humains ?

Et quand mourront-ils ?   

3. Pour qui sonnera le glas ...

espviejpeg

Nous pensons toujours à notre âge en partant de la distance à la naissance. Si je suis né en 1963, alors je dis que j'ai 46 ans en 2009. Mais en réalité cet âge ne signifie pas grand chose d'autre qu'une expérience cumulée (si tant est que l'on apprenne de ses erreurs). En réalité, il vaut mieux mesurer son âge en distance à la mort. Si j'ai 46 ans en 2009 en France, je peux estimer qu'il me reste environ 34 ans à vivre si je suis un homme (Cf. Graphique ci-dessus) et que je mourrai donc aux alentours de 2043. Je ne serai donc guère touché par le changement climatique dont les effets ne se feront guère sentir avant 2050. Si je suis une femme de 46 ans, il me reste tout de même 40 ans à vivre et je franchirai sans doute l'année 2050 ...

Quel était donc la distance à la mort des chefs d'Etat qui ont décidé de l'avenir de la planète à Copenhague ?

4. Nécrologie des grands chefs d'Etat présents à Copenhague en 2009.

Wen JIABAO (China, 1942-2024) : né en 1942, le premier ministre chinois avait 67 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait donc environ 15 ans à vivre. Au moment de son décès vers 2024, le réchauffement climatique n'était pas encore un problème majeur même si plusieurs provinces chinoises avaient été ravagées par des inondation et si la rupture du barrage des Trois Gorges avait provoqué la plus grande catastrophe humaine de l'histoire du pays (depuis la révolution culturelle).

Wen_Jiabao

Barack OBAMA (USA, 1961-2040 ) : Le président des Etats Unis d'Amérique avait 48 ans au sommet de Copenhague et était l'un des plus jeunes participant. Il lui restait en effet environ 32 ans à vivre. Au moment de son décès vers 2040, le Monde avait connu les grandes migrations de la faim et chacun gardait en mémoires la guerre provoquée par la militarisation des frontières des pays riches face aux pays pauvres.
Barack_Obama

Luiz Inacio LULA DA SILVA (Brésil, 1945-2028) : Le président brésilien avait 64 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait environ 20 ans à vivre. Au moment de son décès vers 2028, la forêt amazonienne avait pratiquement disparu, faut d'accord sur la prise en compte de cette ressource dans le bilan carbone des pays du Monde. Mais les terres mises en culture sur les friches (bioéthanol) commençaient déjà à voire leur production décliner sous l'effet de la sécheresse et de l'érosion. 
Lula

Manmohan SINGH (Inde, 1932-2017) : Le président Indien avait 77 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait moins de  10 ans à vivre. Au moment de son décès en 2017, on était enfin en train d'aboutir à un accord mondial sur le changement climatique, mais la décennie perdue ne serait jamais rattrapée et la trajectoire d'accroissement des températures était désormais de +4°C vers 2050. En dehors d'irrégularités plus fréquente dans la mousson (entrainant tout de même plusieurs centaine de milliers de morts en Inde et au Bangladesh), Mr Singh n'eût pas à connaître les effets les plus dévastateurs du changement climatique sur son pays. 

Singh

Vladimir POUTINE (Russie, 1952-2037) : Le président Russe avait 57 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait encore près de 30 ans à vivre. Au moment de son décès en 2037, on commençait à mettre en culture les terres situées sur l'emplacement de l'ancienne taïga sibérienne. Mais les rendements n'étaient pas à la hauteur des espérances car les nouveaux sols étaient fragiles et bien moins fertiles que les anciennes terres noires du sud, revenues au désert. L'essentiel du budget était occupé à militariser la frontière méridionale et orientale du pays pour contenir le flux des migrants  à la recherche de terres cultivables.   
Putin

Angela MERKEL (Allemagne, 1954-2040) : La chancelière allemande avait 55 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait encore près de 30 ans à vivre. Au moment de son décès vers 2040, l'Allemagne ne comptait plus guère que 50 millions d'habitants en raison de la réduction rapide de l'espérance de vie de la majorité des habitants (pollution aérienne) et surtout de l'effondrement général de la fécondité en raison des incertitudes sur l'avenir des générations futures.
Merkel

Gordon BROWN (Royaume-Uni, 1951-2035) : Le premier ministre britannique avait 58 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait environ 25 ans à vivre. Au moment de son décès vers 2035, le Royaume-Uni était au bord de la faillite à la suite de l'explosion de la bulle boursière des Credits Carbone. Londres était en effet devenu le centre de la spéculation sur les crédits carbone, seul mécanisme mis en place après l'échec du sommet de Copenhague en 2009. Mais la régulation des émissions de gaz à effet de serre par les mécanismes de Marché avait visiblement échoué et les principales banques d'affaires avaient décidé en 2034 de les vendre massivement pour racheter des actions dans le domaine industriel de la liquéfaction du charbon. 
Brown

Silvio BERLUSCONI (Italie, 1936-2020) : Le président du conseil italien avait 73 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait environ 10 ans à vivre. Peu avant son décès à Venise vers 2020 dans les bras d'une courtisane célèbre, il prononça la phrase demeurée ensuite tristement célèbre : "Moi le réchauffement climatique, je m'en bats les couilles. La chaleur c'est bon pour le tourisme". C'est 20 ans après, vers 2040, que la ville de Venise fut démontée pierre à pierre pour être rebâtie à Mestre en raison de la montée des eaux dans le golfe Adriatique.      
Berlusconi

Nicolas SARKOZY (France, 1955-2035) : Le président français avait 54 ans au sommet de Copenhague. Il lui restait environ 26 ans à vivre. Lors de son décès en 2035, les humoristes rappelèrent sa célèbre déclaration du 19 Décembre 2009 à l'issue du sommet de Copenhague  "L'accord n'est pas parfait" mais c'est "le meilleur accord possible".

Sarkozy

5. Terriens, encore un effort si vous voulez être humains ...

Si les chefs d'Etat qui avaient le sort de la Planète entre leurs mains n'ont pas su faire mieux que nous abreuver de vaines paroles, c'est à nous, Citoyens du Monde, de prendre notre destin en main. Pour le temps qu'il nous reste, nous pouvons tous faire quelque chose localement dans nos villages, nos villes, nos régions. Pourvu que nous pensions un peu au delà des 10, 20 ou 50 ans qui nous restent à vivre.

"Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve" (Hölderlin)

Claude GRASLAND (1963-2043)

Militant Verts, Sucy-en-Brie


Posté par verts_sucy à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Commentaires sur Requiem pour Copenhague

Nouveau commentaire